Trois-Rivières, 5 février 1986. Je me rappelle très bien du jour de ma naissance.

J'étais là à frapper à la porte depuis déjà une bonne semaine, mais sans réponse. N'ayant rien de bon à faire en attendant, j'avais commencé, de façon autodidacte bien sûr, à développer mes aptitudes en tant que chanteur. Ma mère, pianiste et professeure de carrière, se faisait un plaisir de m'accompagner au piano pendant mes neuf mois d'autoperfectionnement foetal.

On raconte même entre les branches que lorsque je suis finalement sorti de mon local de pratique utérin, mon premier cri fut un air d'opéra en allemand... J'ai compris, en cet ultime instant, que la musique allait occuper une place primordiale dans ma vie.

En attendant d'avoir l'âge requis pour rejoindre les rangs universitaires, j'ai décidé d'entreprendre des études en musique aux Petits-Chanteurs de Trois-Rivières en compagnie du petit Louis (façon de parler, il mesurait déjà huit pieds environ) et du petit François (lui qui avait étrangement déjà atteint sa taille d'adulte).

Nous avons pu y bénéficier de l'enseignement inestimable de notre valeureux maître jedi: Monseigneur Claude Thompson, la première personne à avoir vraiment cru en mes talents de musicien et qui me permit d'enregistrer mes premières pièces en tant que soliste, à l'âge précoce de 10 ans. Je n'étais certes pas un ange de docilité à cette époque, mais je garde un souvenir impérissable de ces quelques années passées sous son aile.

Les années passent, les paysages changent, les visages aussi. Trois-Rivières devient Ottawa et le jedi Monseigneur Claude Thompson devient la jedi Donna Brown. La passion pour la musique, elle, demeure la même.

Dans la capitale canadienne, où je demeure six ans, j'ai la chance d'étudier et d'enseigner, en plus de compléter ma maîtrise dans la langue de Shakespeare. J'y découvre surtout le monde fascinant de l'opéra en interprétant quelques uns des plus grands rôles, comme celui de Figaro ou du Toréador dans Carmen par exemple.

Une grande déception dans ma vie, après le départ de Steve Bégin du Canadien de Montréal bien évidemment, est venue le jour où j'ai appris l'existence d'un quatuor a cappella formé d'anciens Petits Chanteurs et que je n'en faisais pas partie. Les gens me parlaient continuellement de QW4RTZ et j'avoue que, malgré mon fort penchant pour la musique classique, je regardais tous leurs clips en nourrissant secrètement l'espoir de pouvoir un jour me joindre au groupe.

Et me voici aujourd'hui membre de QW4RTZ! Étant un gars plutôt extraverti qui adore être avec les gens, qui aime voyager et faire de la musique, je n'aurais vraiment pas pu trouver un meilleur travail.


Ce que Louis pense de moi :

Il est probablement fru que je vous le dise mais, dans le fond, il est baveux juste parce que c'est sa façon de dire : "Je t'aime Louis Alexandre." Autre caractéristique de Phil; il est beau. En tous cas, sa blonde, les autres gars de QW4RTZ et moi, on le trouve beau.

Dans mon souvenir, il dansait bien au secondaire, sauf le break-dance. Phil, ton numéro de break-dance à "Secondaire en spectacle", c'était pas les gros chars. Heureusement que tu étais en équipe avec un gars qui faisait des back-flips. Ceci étant dit, j'ai tellement de plaisir à retrouver un ami d'enfance qui a le talent des meilleures voix de la pop.


Ce que François pense de moi :

Philippe est très certainement mon membre préféré de QW4RTZ. Un des meilleurs sinon le meilleur soliste de l'histoire des Petits-Chanteurs de Trois-Rivières, sa voix en or de soprano s'est transformée en voix en or de baryton. Charmeur naturel, corps d'athlète, humour cinglant de type James Bond, toutes les filles fondent devant lui!... Sauf ma cousine. Je sais pas pourquoi elle le trouve pas beau ma cousine, mais elle le trouve pas beau.

Avec une solide formation en chant classique, Phil s'est lancé le défi de prouver qu'il est possible d'être à la fois chanteur d'opéra et chanteur pop. Si ma prochaine phrase était: "En toué cas, y s'rait ben l'premier! Ha!", ce serait une insulte à certains chanteurs d'opéra qui ont tenté la carrière pop. Je vais donc m'abstenir d'écrire ma prochaine phrase. Quoi qu'il en soit, la voix de Phil "Bublé" Courchesne vaut le détour.


Ce que Fa2 pense de moi :

Phil est un gars, un vrai gars; il aime le hockey, les chars, aller au gym, manger des bines, bûcher du bois avec une chemise à carreaux sur le dos... ou en chest, mais ça c'est juste quand y'a des filles qui le regardent. Phil chante bien aussi, faut dire qu'il chante encore de l'opéra, on lui dit de lâcher ça, mais avec une gueule de Don Juan comme la sienne, c'est vrai que ce serait dommage de s'en passer dans Don Giovanni de Mozart.

Ce projet a été rendu possible en partie grâce au gouvernement du Canada